Ah ces émotions!


Ces émotions qui nous rendent la vie parfois si compliquée, pour un oui ou pour un non. Savoir les reconnaitre, les vivre, les comprendre, un beau défi, complexe mais simplifiant pour la suite. Combien de fois dans une journée m’arrive-t ’-il de me sentir soudainement triste, en colère sans savoir ce qui se passe en ce moment même. Désormais je m’arrête et me demande ce qui vient de se produire? Ce n’est pas une douleur, ce n’est pas une piqure de moustique, c’est intérieur, en dedans de moi. Parfois banal et momentané ça dure juste 1 minute, parfois 15 minutes mais depuis que je les reconnais, que je suis en mesure de les pointer du doigt ça ne dure plus toute la journée. Je les gère à mesure qu’elles arrivent. Je me permets de vivre cette petite frustration et de me dire « ben voyons Heidy, je ne vais pas gâcher ma journée pour ça ». C’est tellement petit parfois que c’est presque gênant d’en parler ouvertement, mais comme je suis là pour ça allons-y.


Voici un exemple; ayant une forte blessure d’abandon si je parle avec une amie au téléphone qui me dit « je dois te laisser » je raccroche en ayant ce petit pincement d’abandon et d’être désintéressante. Auparavant je me serais laissé sombrer dans la négativité, le dénigrement, sans comprendre pourquoi, cette situation aurait créé un effet « boule de neige » sur ma journée, en ajoutant que le temps est gris, pensant à mes échecs du passé ou le dernier kilo que j’ai pris, je serais allé manger un gâteau au fromage, je me serais ensuite senti coupable de l’avoir mangé alors j’aurais vécu toutes ces émotions négatives en mangeant un autre! Je ne serais pas allé marcher, me sentant trop fainéante aujourd’hui. Tout ça pourquoi? Un banal point de départ, on va se le dire!


Ça ne fait pas très longtemps que je suis capable de me dire : mon amie a une journée chargée, c’est normal et de passer à autre chose et ÇA FINI LÀ! Je me parle, car parfois les situations sont plus tristes et difficiles que cet exemple. Alors non je ne vais pas gâcher ma journée à cause de ça car je suis beaucoup plus importante que cette personne ou que cette situation fâchante ou insignifiante. Je m’imagine que ça se règlera pour le mieux et que l’issue en sera juste plus positive.


Lorsqu’on s’intéresse plus sérieusement aux émotions nous constatons qu’il y en a 27 ou plutôt 7 ou peut-être 6 mais 4 primaires (joie, colère, tristesse et peur). Bref, la définition même des émotions est complexe. Sans parler que notre cerveau fonctionne avec 20 % de conscient et 80 % dans l’inconscient et que ces émotions soudaines peuvent venir de notre inconscient. En plus, cet ingrat, ne différencie pas la joie et la colère, pour lui c’est un sentiment nouveau qui peut entrainer la peur. Ce qui explique que parfois, qu’on ait même de la difficulté à gérer nos moments joyeux, en s’autosabotant et cherchant à s’éjecter de nos situations même heureuses ne sachant pas comment gérer la peur que procure cette excitation nouvelle.




Alors je fonctionne avec le principe de la roche dans mon soulier, lorsque je marche et que j’ai une roche dans mon soulier je l’enlève immédiatement, évidemment. Lorsque je me sens triste, en colère, angoissée ou effrayée soudainement je cherche à comprend d’où ça vient, parfois c’est évident d’autres moins, alors je me dis c’est à cause de… je me sens comme ça et j’essaie de gérer la situation comme n’importe quelle autre. Je ne me juge pas, car je m’accepte comme je suis avec mes émotions en dents de scie parfois dictées par mes blessures, mes peurs et mes doutes, mes angoisses ou même mes hormones qui font la personne merveilleuse que je suis.


Je communique aussi ces émotions à mon entourage, lorsque tu m’as dit telle chose ça m’a rendu triste, lorsque tu me parles de ces choses-là ça me stresse, etc. C’est étonnamment et pratiquement toujours bien reçu ce type de discussion lorsque c’est fait de façon réfléchie et pas dans un moment de colère.


« Gérer ses émotions n’implique pas de les contrôler ni de les combattre, mais de les accueillir en tenant compte du message qu’elles véhiculent ». -Serge Desjardins


239 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout