Arrêter les scénarios-catastrophe


Bien que j’aie découvert l’anxiété à l’âge de 31 ans, je sais maintenant qu’elle a été présente toute ma vie. Je sais aussi que des comportements que j’ai cru normaux pour tout le monde, ne le sont pas.


L’une des sources d’anxiété majeure, à mon avis, c’est l’anticipation des scénarios qui peuvent mal tourner. Il y a la pensée que si notre enfant n’est pas encore revenu de l’école c’est probablement qu’il a été kidnappé, ou que si notre amoureux ne nous a pas encore appelé c’est qu’il a eu un accident. J’ai découvert que les gens qui ne souffrent pas d’anxiété n’ont pas ce genre de pensées. Voyez-vous, ils vont plutôt croire que si leur enfant n’est pas encore rentré c’est qu’il s’est fait un nouvel ami en chemin. Que leur conjoint a simplement terminé de travailler plus tard, au lieu de croire à un accident.



Il y a aussi l’appréhension des choses qui ne se sont pas encore produites, des scénarios-catastrophe, comme je les appelle. Personnellement, je dois travailler encore très fort sur ceux-ci car ils viennent encore trop souvent frapper à ma porte. Il m’est arrivé tellement souvent de refuser des sorties dans le passé parce que j’avais peur de ce qui pouvait arriver. Une randonnée, et s'il pleut? Une fin de semaine entre amis, et si je ne suis pas à l’aise avec tout le monde? Un road trip, et si ma voiture tombe en panne? Une date, et si le gars ne me plaît pas? Une ballade en motoneige, et si j’avais trop froid? Un voyage, et si j’angoissais dans un pays que je ne connais pas? Et ainsi de suite, les films d’horreur sont à l’infini!




Pour contrer tout ça, j’accepte de plus en plus les propositions, ce qui me force à sortir de ma zone de confort. Je m’amuse à prévoir, à la place, tout ce qui pourrait bien aller. Je pense au plaisir que j’ai eu la dernière fois que j’ai fait cette activité ou aux beaux moments vécus avec la personne en cause. Je visualise le bien que ça va me faire de me changer les idées, d’essayer de nouvelles choses. Plus je me le permets, plus je m’ouvre aux nouvelles personnes et plus je rencontre des gens amusants. Plus je sors de mon cercle habituel et plus je ressens le positif que cela me procure. C’est une confiance que j’acquiers pour accepter de vivre des événements encore plus facilement les occasions suivantes.



Il faut foncer en acceptant tout le beau et en ayant confiance en ces moments merveilleux que l’on va vivre plutôt que de rester seul, dans la peur d’avoir peur…



Posts récents

Voir tout