Le fardeau de la culpabilité qui cause notre anxiété


Ouffff, cette culpabilité qui cause notre anxiété, bien souvent. Questionnons-nous, a-t-on raison de se sentir coupable? Que peut-on faire pour remédier à la situation? Avons-nous tendance à nous culpabiliser pour des choses banales et anodines?


D'abord, la définition du mot ‘’culpabilité’’ du Petit Larousse parle d'elle-même:

• État de quelqu'un qui est coupable d'une infraction ou d'une faute.

• Sentiment de faute ressenti par un sujet, que celle-ci soit réelle ou imaginaire.


Imaginaire? Cela se peut, même le Petit Larousse le dit! Jusqu'à quel point peut-on pratiquement se sentir coupable d'exister parfois? Je me pose souvent la question, car c'est l'histoire de ma vie, cette culpabilité.



Je me sens coupable de m'amuser plutôt que de travailler sur mes projets, de ne pas remplacer une collègue au travail, de ne pas en faire assez pour mon enfant, de ne pas assez être disponible pour mes amies, pour mon conjoint et mon ménage que je reporte au lendemain. Tout ce pourquoi je prends la décision de faire dans mes temps libres m'apporte la culpabilité de ne pas faire autre chose plutôt que de vivre ce que je vis positivement. C'est lourd, ce point dans le dos qui semble naître avec ce sentiment de ne jamais en faire assez ou d’être assez.


Cependant, au fil du temps, il y a cette belle découverte que j'ai faite qui s'appelle l'amour de soi et qui me sauve continuellement. Je me suis maintenant choisie et je mets mes limites. Je les impose aux autres mais aussi à moi-même. C'était une question de survie.


Décortiquons les types de culpabilité causant notre anxiété.


D'abord il se peut que l’on ait réellement merdé, mais oui, on est humain et on a le droit à l'erreur. Que faire? S'excuser et demander pardon! Ce n'est pas toujours facile, cela blesse notre orgueil, mais c'est si gratifiant! Maintenant, le choix est facile à faire: rester coupable ou effleurer notre égo... J'ai choisi de mettre l'égo de côté, car avouons-le, il m’a causé plus de tort que de bien-être jusqu'à maintenant dans ma vie. Excusez-vous rapidement, car plus nous attendons, plus cela devient difficile et nous fermons plus facilement la porte aux malaises qui suivent avec les personnes en cause que lorsque nous laissons la situation "se régler d'elle-même". La culpabilité, c'est le masque de la honte... N'acceptons pas de porter ce masque et pardonnez-vous vos erreurs à vous-même aussi.


Il y a aussi les gens spécialistes à nous rendre coupable aussi, c'est là qu'entre en jeu l'amour de soi. Aimez-vous suffisamment pour ne laisser personne vous infliger ce sentiment désastreux. Nous devons attendre des personnes que nous aimons qu’ils nous aiment aussi inconditionnellement. Les gens solides, qui sont là pour les bonnes raisons, ne nous feront pas sentir coupable, sinon on se bat peut-être contre leurs blessures à eux, à réfléchir!




PUBLICITÉ


Ensuite, il y a les raisons plus ou moins valables. Un exemple entendu récemment: j'ai reçu une invitation à souper avec des amies que je n’avais pas vu depuis longtemps. J'étais fatiguée et ça ne me tentait pas du tout. Je me sentais coupable de dire non sans raison, alors j'ai menti en disant que j'avais déjà un engagement au travail, alors que mon rêve était plutôt de prendre un bon bain et d'écouter la télévision. Toutefois, plutôt que de prendre ce temps de repos pour moi j'ai plutôt perdu mon énergie à me sentir coupable de ne pas y être allée et en plus d'avoir menti à mes amies. Il y a deux choses dans cet exemple. Premièrement, les mensonges mènent souvent directement à la culpabilité alors soyons simplement honnêtes, que ça plaise ou non, ce n'est pas à nous de décider comment l'autre personne souhaite vivre cette vérité, cela lui appartient (à petite ou grande échelle du mensonge). Deuxièmement, pourquoi se sentir coupable de se choisir, pourquoi un engagement envers soi, de se reposer lorsque nous en avons besoin, serait moins important qu'un engagement au travail? Pourquoi ne pas simplement dire: je suis désolée, j'ai un engagement ce soir, celui de prendre soin de moi! Tout simplement, et de se le permettre sans culpabilité. D'ailleurs, pendant que cette dame a perdu sa soirée à se culpabiliser, ses amies, elles, ont rapidement mentionné leur déception face à son absence et après quelques minutes elles sont passées à autre chose sans y repenser.


La pression que l'on s'inflige à vouloir être parfait, et souvent, en plus, aux yeux des autres, est énorme. Nous ne sommes pas égoïstes de penser à nous, de profiter du beau temps et de remettre des choses à demain, de se foutre du jugement des autres ou de se pardonner nos erreurs pour avancer. C'est plutôt un instinct qu'on devrait développer, nécessaire à notre survie.


Heidy



"La culpabilité est une émotion socialement cultivée, un poison dirigé contre vous-même."
Sadhguru
341 vues0 commentaire